publicité

 

Réagir
Transition énergétique 30/03/2013

La communauté de communes du Méné vise l’autonomie énergétique en 2030

par Martine Kis

La communauté de communes du Méné, en Bretagne, est engagée, depuis 2005, sur la voie de l'autonomie énergétique. Pour y parvenir, elle tire parti de ses ressources : bois, vent, soleil, déchets agricoles...

Cet article fait partie du dossier:

Les enjeux de la transition énergétique pour les collectivités locales

voir le sommaire

© T. Bregardis-Andia Jean-Pascal Guillouët, président de la CC du Méné (22).

La petite communauté de communes du Méné, dans les Côtes-d’Armor, (1) se trouve bien enclavée au centre de la Bretagne, entre deux nationales, à une quarantaine de kilomètres de Saint-Brieuc. Son économie repose essentiellement sur l’agriculture, l’élevage et l’agroalimentaire. « Sur notre territoire, une grosse entreprise produit 50% des produits carnés du groupe Leclerc. Une force, parce qu’elle nous octroie une richesse fiscale supérieure à la moyenne, mais une faiblesse à cause de la mono-activité », estime Jean-Pascal Guillouët, président de la communauté de communes (CC).  Comme tout élu, le président a le souci du développement économique. Avec une difficulté : l’arrivée d’une nouvelle entreprise assècherait le vivier de main-d’œuvre. Il faut imaginer autre chose.« Jacky Aignel, le maire de Saint-Gouëno, propose alors, avant même le Grenelle, de développer les énergies renouvelables. Il présentait leur potentiel. » A la recherche d’un modèle, les élus visitent, en 2005, Güsing, en Autriche, petite ville qui produit 100% de ses besoins énergétiques. « Nous sommes revenus emballés ! »

Azote et méthanisation
Le Méné avait déjà une expérience de réflexion dans le domaine de la production d’énergie. Depuis 1999, une association d’exploitants agricoles était confrontée au problème du trop-plein d’azote, qu’il faut exporter, la zone étant en excédent structurel.

« Ces exploitants voulaient maintenir des exploitations de taille raisonnable en développant un projet d’usine de méthanisation, témoigne Jean-Pascal Guillouët. Sinon, il leur aurait fallu réduire le nombre d’animaux, mettant en péril l’équilibre des exploitations ».

Inaugurée en 2011, l’usine produit 25 MW/h par an d’électricité et de chaleur et absorbe 35 000 tonnes de lisiers. En outre, le gras et les déchets de l’usine agroalimentaire y sont valorisés. « Nous avons un gros souci, reconnaît l’élu. Nous n’avons pas encore l’homologation de l’engrais produit en sortie pour le vendre. Comme il sort du lisier, il a le statut de déchet et non d’engrais, explique l’élu. C’est un problème pour l’équilibre financier. Pourtant les agriculteurs du centre de la France payent le transport. En Allemagne, nous pourrions l’homologuer. »

Bois et vent
Après le voyage à Güssing, la communauté de communes du Méné décide de se lancer et engage un ingénieur. Son constat : le territoire dépense 9 millions d’euros par an pour couvrir tous ses besoins énergétiques. Objectif de la collectivité : relocaliser ces 9 millions d’ici 2030. La région est riche en vent et en bois de bocage. La CC est donc équipée de 7 mâts éoliens et de 3 chaufferies bois reliées à un réseau de chaleur. Il est prévu d’aller jusqu’à 30-35 mâts éoliens, d’avoir 3 autres chaufferies pour les équipements publics et les particuliers, lorsque l’habitat est suffisamment dense. Afin que la richesse produite reste sur le territoire, l’éolien est porté par 140 familles, regroupées dans des Cigales, associées à une coopérative d’électricité.

Nous ne sommes pas un village d’Astérix. »

Parmi les projets figure un programme d’une trentaine de maisons « pas loin de la maison passive », équipées de solaire thermique permettant de stocker les calories dans des cuves de 4 000 litres et de les restituer tout au long de l’année en eau chaude. Quelques bâtiments seront recouverts de panneaux photovoltaïques.

A partir du colza, les agriculteurs produisent également de l’huile pour agrocarburant. « Elle n’est pas utilisée comme telle aujourd’hui, elle est plus chère que le gasoil. Mais nous serons prêts si le pétrole augmente », remarque Jean-Pascal Guillouët. Enfin, le tourteau, résidu de la production d’huile, est donné comme complément alimentaire aux vaches. « Il remplace le soja qui vient d’Amérique du Sud en bateau », se félicite le président.

Reste  la réduction de la consommation énergétique, « avec le problème des maisons de bourg en habitat concentré, que les jeunes n’achètent pas », souligne Jean-Pascal Guillouët. Les communes en rachètent donc quelque-unes, avec abondement de la CC, afin de réaliser la rénovation énergétique, pour ensuite les mettre en location. Une façon également, pour la CC, de lutter contre le mitage des terres agricoles et de maintenir la population dans les centres.

Lente adhésion
La population a-t-elle immédiatement adhéré ? « Non, ça a été long. Nous avons vraiment démarré en 2004, et c’est seulement aujourd’hui qu’elle adhère. Elle voit que l’on parle de nous, elle est fière du territoire. » L’enjeu initial était le développement économique et la création d’emplois. Une pépinière accueille 6 entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables. Du point de vue énergétique, la commune prétend à l’autonomie en 2030, en combinant les économies d’énergie, la production éolienne et le biogaz. Pour autant, Jean-Pascal Guillouët ne parle pas d’autarcie énergétique : « Nous ne sommes pas un village d’Astérix. Nous dépendons du réseau. L’idée est bien de produire l’équivalent de notre consommation en mégawattheures. Et de servir d’abord la population du territoire. »

Note 01:

6 500 hab., 7 communes, Côtes-d'Armor - Retourner au texte

Approfondir le sujet
  • A découvrir, dans Le Courrier des Maires n°267 d'avril 2013, un dossier complet sur la transition énergétique

Sommaire du dossier

28 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous